Articles Comments

Alfred Vierling » en français, in het Nederlands » HELP DEZE VROUW OOK FINANCIEEL IN HAAR STRIJD TEGEN MOSLIMGEWELD!/AIDEZ Marie-Neige Sardin la femme courageuse, « celle qui dit non ‘ A LA TERREUR MUSELMANNE »

HELP DEZE VROUW OOK FINANCIEEL IN HAAR STRIJD TEGEN MOSLIMGEWELD!/AIDEZ Marie-Neige Sardin la femme courageuse, « celle qui dit non ‘ A LA TERREUR MUSELMANNE »

Marie-Neige Sardin la femme courage, « celle qui dit non » comme Marine Lepen. (pour le texte francais, voir apres de textes en neerlandais)

Deze vrouw is veelvuldig bedreigd, heeft talloze inbraken en vernielingen van haar boekhandel/boetiek en zelfs een verkrachting overleefd, zonder enige steun van de plaatselijke autoriteiten in haar strijd tegen de gwelddadige islamisering van LE BOURGET, de voorwijk van Parijs rond het oude vliegveld, waar de moslims al al de andre Europese winkeliers gewelddadig hebben verdreven. Nu is er weer de hele voorruit van haar winkel ingeslagen en ze kan geen glasverzekering meer vinden. Ze houdt het psychisch nog wel uit, maar dus niet financieel. De glasrekening en haar schade kunt U zien op de navolgende foto’s. Op Facebook kunt U haar vinden en daar zal ze een openbare lijst bijhouden van de giften.

(Les amis il va falloir que vous m’aidiez encore car je n’ai trouvé aucun miroitier acceptant des délais de paiement pour ma vitre en conséquence de quoi je viens de faire trois chèques pour un montant de 3272,63 euros afin de pouvoir rouvrir lundi. Plus d’assurance est vraiment la double peine infligée aux victimes. A ceux qui connaissent des groupes de soutiens patriotes, merci de relayer ma demande. Je m’excuse de faire encore appel à vous tous.
Afin de ne créer aucune ambiguité sur ma demande d’aide, je viens de mettre en ligne la facture et je vous mettrez en dessous les montants reçus afin que chacun d’entre vous puisse juger sur pièce de l’avancée des dons.

Ze heeft over haar recente aanslag het volgende geschreven: (elle a ecrit ce texte dont la version francaise se trouve a la fin du texte neerlandais):

Waarom zou ik lieden moeten respecteren, die mij niet respecteren? ik ontneem niemand het recht bang te zijn, die lui die pochen geen angst voor een burgeroorlog te hebben zijn daas of liegbeesten. Maar in het Leven en in de Geschiedenis zijn er situaties waarin men zich niet kan veroorloven bang te zijn.

2012-07-17 07.06.11
Alwie de krachten niet vindt, te laf is of denkt altijd maar weer de kool en de geit te kunnen sparen en zodoende als maar weer de andere kant op blijven kijken om de ware tragedie niet te hoeven zien, die me elke dag weer meer aangrijpt, zijn niet alleen lafaards maar ook hardstikke gek en vol zelfhaat. Al acht jaar word ik gekweld en bestookt en nu ben ik al zover gekomen, dat ik dit soort lui allemaal zelf wel zou willen platwalsen. Wat hebben jullie dan al die tijd gedaan sinds ik heb gewaarschuwd voor deze toenemende macht die zich tegen de Franse cultuur richt? Wat heeft het voor zin om de al dan niet beweerdelijke moslim cultuur te verdedigen, als zij de onze verachten? Ik wil deze Franse cultuur verdedigen, mijn ziel heeft behoefte aan een echt vaderland om lief te hebben, waar de nationale vlag werkelijk door heel het volk wordt hooggehouden.

2012-07-17 07.55.30

Ik wend me natuurlijk niet tot de gieren die genieten bij het zien van ruines en hoongelach uiten voor kapotgeslagen etalageruiten,in dit geval het mijne, maar tot de normale en goedwillende burger, die zich nog in slaap laat wiegen door vermeend voorzichtig reageren en door vertwijfeling is lamgeslagen.Tot deze mesne zeg ik: Kom op man, wordt eens wakker, door als maar doodsbang te zijn voor racist te worden uitgemaakt of tegendraads te zijn werk je eraan mee, dat deze criminelen onze vrijheid verzwelgen, onze beschaving,onze manier van leven en sterven, onze keuken en alkoholische dranken uitbannen, onze mode van kleding, onze manier van ontspanning en studie, onze jonge vrouwen bedreigen en onze zonen straks castereren. I het nou niet eens tijd om zelf een heilige oorlog in omgekeerde richting gaan voeren?
Ze hebben het misschien niet op ons grondgebied gemunt, hoewel ik daaraan bij nader inzien zo mijn twijfels heb, maar wel de verovering van ons zielsleven.
Ik was nog maar even 2 dagen weg van mijn winkel of de etalageruit van 8 m2 en 2 cm dik viel in scherven en wel om half zes ‘s ochtends, spitsuur dus, de bakker was net open en de mensen liepen langs op weg naar het station. En niemand heeft alarm geslagen of bij iemand ff de polite gebeld om tenminste te voorkomen dat de wapens uit de etalage werden gestolen. Nou, zo onschuldig was deze inbraak niet want er zijn een Spartaans zwaard en wat pistolen verdwenen! Die zullen heus wel niet als wandversiering gaan dienen!

2012-07-17 07.07.00
ik was nog maar nauwelijks terug of een opdringerige menigte soepjurken met wit klotje op kwam vragen: ‘En? dit keer wegwezen zeker?U gaat toch niet weer open?’
Hun gouden tanden ontbloot door stompzinnig grijnzen maakte me wat ballorig en ik kon me niet bedwingen iets ongehoords, waar ik normaal nou niet bepaald van gediend ben, te doen om hun hoop te frustreren. Hoor eens, oorlog is oorlog en dan zijn alle middelen gewettigd om de indringer van zijn stuk te brengen. ‘Tuurlijk, heren, ik geef het op, van zo’n klap kom je niet meer bij’. Nou ik had mijn ei gelegd. Ze keken elkaar aan, wreven hun handen, gaven me hun mobiele telefoonnummers en hun mooie praatjes golden alleen zichzelf. Het circus duurde een kwartier en daarna ging ik mijn weg, ze achterlatend badend in hun overwinning.
Het nieuws spreidde zich als een vuurtje op deze eerste dag van de ramadamin onze mooie stad, klanten raakten in paniek en het praatje deed grif de ronde en ik moet zeggen er een enorme lol aan beleefd te hebben niet alleen hen tuk te hebben gehad,maar ook die zonen van Allah, de potentiele doodgravers van onze boeken, ideeen, onze kennis en al de woorden en verzen die mij zo dierbaar zij. Het zijn ongeschoolden en op zo’n dag merk je dat meer dan anders. Sorry voor die meer dan 1 die ik teleur moet stellen dan,maar ik laat mijn plek niet innemen en zeker niet overnemen, ik blijf op mijn post, op de verdedigingswallen van mijn winkel om zo alleen al door mijn aanwezigheid pal te staan voor het laatste bastion van de Franse cultuur in mijn gemeente.
Mijn woorden zijn geen zalverig evangelie, maar zoals Voltaire zo mooi uitte in zijn ‘Het Fanatisme’ of wel in de woorden van de profeet Mohammed’: God heeft mij niet alleen zijn woorden, maar ook zijn bliksem toevertrouwd.

Quel sens y a t’il à respecter ceux qui ne me respectent pas?
Je ne dénie à personne le droit d’avoir peur, ceux qui se targuent de ne pas connaître la peur à la guerre sont des crétins et des menteurs; mais il y a des situations dans la Vie et dans l’Histoire où il n’est pas permis d’avoir peur.

2012-07-17 07.06.11
Ceux qui, par faiblesse, par manque de courage ou ayant coutume de ménager la chèvre et le chou, se détournent de la tragédie qui me touche chaque jour un peu plus, ne sont pas seulement lâches, mais aussi idiots et masochistes. Le harcèlement que je subis depuis huit ans m’a déjà dépassée pour les laminer à leur tour.
Depuis le temps que je préviens tout le monde de cette montée en puissance contre la culture française, qu’avez-vous fait?
Quel sens y a t’il à défendre la culture musulmane ou présumée culture alors qu’ils méprisent la notre?
Je veux défendre cette culture française, mon âme a besoin d’avoir une patrie, une vraie. Un pays à aimer où le drapeau est brandi par le peuple dans son entier.

2012-07-17 07.55.30
Je ne m’adresse pas, bien sûr, aux vautours qui jouissent devant les images des ruines et ricanent devant une vitrine éventrée, en l’occurrence la mienne. Je m’adresse aux personnes qui, n’étant ni stupides ni méchantes, se laissent encore bercer par la prudence et le doute et je leur dis: debout, braves gens, debout! Réveillez-vous! Paralysés comme vous l’êtes par la peur de sembler racistes ou d’aller à contre-courant, vous laissez ces criminels engloutir notre liberté, notre civilisation, notre façon de vivre et de mourir, notre manière de manger et de boire, notre mode, notre façon de nous amuser ou d’étudier, menaçant nos filles et faisant de nos fils des eunuques. N’avons-nous pas à faire à une guerre sainte à l’envers? Elle ne vise peut-être pas, quoique en y regardant de plus près, j’en doute, à la conquête de nos territoires, mais certainement à la conquête de nos âmes.
A peine partie depuis deux jours, loin de mon échoppe, cette dernière a subi de nouveau une attaque en règle. Une vitrine de plus de huit mètres carrés et de deux centimètres d’épaisseur a volé en éclat à cinq heures trente du matin, en plein carrefour, à l’heure de l’ouverture de la boulangerie et du passage de monde se dirigeant vers la gare.
Qui a donné l’alerte, qui a fait le 17 pour empêcher au moins le vol des armes sises à l’intérieur, personne de chez personne. Simple comme un coup de fil, la preuve que non!
Pourtant cette attaque est loin d’être anodine, car une épée de spartiate a disparu ainsi que des pistolets. Je ne pense pas que ces derniers serviront de décoration au mur d’un salon……

2012-07-17 07.07.00
A peine revenue, une horde de curieux en robe longue, bonnet blanc et basket, est venue me poser la question du jour:
“Alors, c’est bon, cette fois vous partez, vous ne rouvrez pas?”.
Amusée, par leurs dents en or et leurs sourires stupides, je n’ai pu résister à l’envie de leur faire gober leurs espoirs, utilisant une perversité dont pourtant je ne suis pas friande. Mais à la guerre, comme à la guerre, tous les moyens sont bons pour déstabiliser l’envahisseur.
“Certes, certes, messieurs, j’abandonne la partie, c’est impossible de se relever d’un tel sinistre!”
Le poisson était ferré. Ils échangèrent des regards, se frottèrent les mains, me laissèrent les numéros de portables, eurent des paroles bienveillantes qui n’engagèrent qu’eux. Le manège dura un bon quart d’heure et je poursuivis mon chemin, les laissant à leur joie victorieuse.
La nouvelle se répandit comme une traînée de poudre en ce premier jour de Ramadan dans notre bonne ville. Des clients commencèrent à paniquer, les langues allaient bon train et il faut bien l’avouer, j’ai pris un plaisir immense à entuber, non pas mes clients, mais ces fils d’ Allah, fossoyeurs en puissance des livres, des idées, du savoir et des mots si chers à mon coeur. Ce sont des incompétents, et il y a des jours où cela se voient encore plus que d’autres!
Au regret donc, d’en décevoir plus d’un, ma place n’est pas à prendre, encore moins à vendre. Je reste et demeure sur les remparts de l’échoppe, protégeant par ma simple présence, en ma commune, le dernier bastion de la culture française.

Mes paroles ne sont pas paroles d’évangile et comme le dit si bien Voltaire dans Le Fanatisme, ou Mahomet le Prophète: “Dieu, qui m’a confié sa parole et sa foudre”

Sardin, auteure de « Celle qui dit non » ( L’OEuvre éditions ), est libraire, l’une des dernières de Seine-Saint-Denis. Cette commerçante de 54 ans a

une seule et belle ambition dans la vie : faire en sorte que les habitants du Bourget, sa ville depuis plus de 30 ans, puissent avoir accès à la culture à moindre prix
Un but louable qu’elle poursuit coûte que coûte malgré les multiples agressions dont elle a été victime : 26 au moment où elle achevait l’écriture de son livre, 27 aujourd’hui. Des violences verbales, physiques, des braquages et un viol, atroce, qu’elle raconte sans tabou dans son livre. Malgré les plaintes et l’accumulation de preuves, aucun de ses agresseurs n’a jamais été puni.

A l’inverse, pour un propos mal interprété ( » arrêtez de faire la bamboula » ), Marie-Neige Sardin a été arrêtée, placée en garde à vue puis finalement condamnée à payer une amende en première instance.

Une justice à deux vitesses à laquelle la libraire dit non, comme elle dit non à la barbarie, à la violence et à l’état de non-droit dans lequel la ville de son enfance s’est enfoncée.

Marie-Neige Sardin a souhaité rencontrer les candidats à la présidence,

au nom de toutes les victimes avec pour seule carte de visite son livre, « celle qui dit non »; après huit années de souffrance accumulées, notre femme courage demandait juste une petite – toute petite – minute d’attention; elle raconte son périple …

» J’ai tenté en premier lieu Hollande présent sur ma commune pour un grand rassemblement; après avoir parcouru la ville, livre en poche, je me suis postée en sortie de meeting, parlementant avec sa garde rapprochée; de longs moments où s’enchainaient mines dubitatives, messes basses et regards gênés … pour être finalement refoulée avec le vif conseil de ne pas insister.

Le suivant fut Mélenchon mais là inutile de s’appesentir, rien que mon nom fait se refermer les portes automatiquement.

Je tentais le Bayrou, la Eva, la Nathalie mais sans succès; quand à Dupont Aignan, lui que je connaissais un peu, il me fit répondre qu’ il n’était pas là pour résoudre les cas personnels …

Enfin j’essayais le Sarko en venue sur la commune voisine; à la vue de la panoplie policière déployée, je renonçais et je rebroussais chemin dépitée.

Tous semblaient se figer dans ce déni total de vérité avec une victime qui n’a pas la gueule de l’emploi;

après tout si elle a subi tout celà ( violences verbales, agressions multiples, braquages à répétition, viol ) c’est bien qu’au final elle le mérite, qu’elle l’a bien cherchée …

Il ne m’en restait qu’une, la Marine, mais sans illusions car aucun rassemblement prévu à l’horizon dans le département; une amie me proposa alors de l’accompagner au meeting d’Hénin-Beaumont et deux heures plus tard, 200 km plus loin, j’étais assise au premier rang d’une salle comble; mon livre fut transmis à son directeur de campagne.A la fin de la réunion je me retrouvis face à Marine, rouge écarlate, les jambes en coton et le coeur battant.

Un moment intense, riche en échange, un regard franc, des phrases parlant d’héroïsme là où je ne vois que devoir; puis

elle m’enveloppa dans ses bras immenses, comme elle l’aurait fait pour sa mère, pour me serrer contre elle.

Moi qui ne supporte plus aucun contact, moi

qui ne me considère plus comme appartenant à l’espèce humaine; j’ai retenu mes larmes car elle m’a fait exister dans les yeux des témoins de la scène, révélant ainsi ma fragilité et ma force. «

Une minute, juste UNE PETITE MINUTE, mais une éternité pour Marie-Neige Sardin femme courage.

Filed under: en français, in het Nederlands

Leave a Reply

*